L’HORREUR DE LA CONTREFAÇON

Cet article traite du sujet épineux de la contrefaçon

J’ai, comme tout un chacun, mon avis sur la question. Mais je veux vous apporter également quelques informations utiles (dernier passage que je vous invite vraiment à lire) qui permettent de réellement apprécier la portée de notre geste, consommateur final qui achète rapidement un petit porte-monnaie. Cela n’est pas si innocent que cela.

On le sait…

… acheter du faux c’est maaaaaal.

Les boîtes de luxe gagnent un argent complètement dément. Du coup quand on achète un porte-monnaie copié, on ne se sent pas spécialement coupable. Après tout, qui voudrait mettre autant d’argent dans un porte-monnaie? Autant acheter, pendant les vacances, une petite copie innocente qu’on ne regrettera pas quand on sera lassé.

On ne se rend pas compte mais ce raisonnement n’est pas spécialement juste. Il y a un réel travail de conception derrière les modèles de produits de maroquinerie ou de joaillerie qui font un tabac.

En ce sens acheter de la contrefaçon ce n’est pas top. Mais nos consciences peuvent encore s’en accommoder.

Acheter du faux n’est pas toujours aussi discret qu’on le souhaiterait

En effet, bien que la qualité générale tende à augmenter, il y a en principe de grandes différences entre le modèle original et sa copie bien meilleur marché. Ainsi, les logos sont différents, le dessin un peu modifié et surtout la qualité est revue à la baisse. Ca se voit. Ne pensez pas que vous avez acheté un faux Vuitton et que personne ne le remarque. Tout le monde ou presque est au courant.

1709665_6_1daa_campagne-de-lutte-contre-la-contrefacon-du_443adafe43b40ae8600dc8282c4cf60a

A mon sens, l’achat d’un produit de luxe doit être motivé uniquement par le produit en lui-même, pas pour ce qu’il représente. Ainsi, il ne s’agit pas de s’acheter un Vuitton parce que c’est un Vuitton, mais parce que ce sac à main vous plaît. L’industrie du faux repose exactement sur l’appréciation inverse savoir que ce qui est mis en avant n’est pas tant le design ou la qualité d’un objet, mais plutôt ce qu’il représente, généralement la réussite sociale. En ce sens, la contrefaçon ne constitue qu’une vaste arnaque dès lors que nous l’achetons pour de mauvaises raisons – la valeur que l’on attribue à l’objet copié – et qu’en prime, tout le monde constate que l’on ne s’est précisément pas acheté l’original. Aussi je fais partie de ceux qui estiment que l’on a meilleur temps d’acheter pour un prix donné, un objet lambda, qui peut être de très belle qualité, plutôt qu’une vague copie.

Ceci n’est que mon avis. Cependant, à mon sens, on ne peut plus acheter de la contrefaçon une fois que l’on a été informé que:

La contrefaçon constitue l’un des pires business et on ne peut pas accepter d’y participer

Dans son livre Luxe & CO – Comment les marques ont tué le luxe (J’ai lu), Dana Thomas, journaliste américaine, nous livre le résultat de plusieurs années d’enquête sur l’industrie du luxe. Parmi ses constats, elle remarque – on aurait pu s’en douter si on réfléchissait – que qui dit contrefaçon dit illégalité. La vente n’est pas seule illégale. La production l’est également. La fabrication des contrefaçon échappe donc à tout contrôle.

« J’ai vu six ou sept jeunes ouvriers, tous âgés de moins de dix ans, assis par terre, en train d’assembler des sacs à main en cuir contrefaits. Le propriétaire leur avait cassé les jambes et attaché le tibia à la cuisse pour que la fracture ne se résorbe pas. Tout ça parce que les gamins lui avaient dit qu’ils voulaient sortir jouer » explique un des intervenants.

Cela vous choque?

Les chiffres mondiaux de la contrefaçon sont phénoménaux. Elle aurait augmenté de 1 700% depuis 1993 (…) elle représente au moins 7 % du commerce international actuel

la contrefaçon, encore négligeable il y a vingt ans, est devenue aujourd’hui un véritable trafic international contrôlé par de violents syndicats du crime impliqués par ailleurs dans le trafic de narcotiques, d’armes, d’êtres humains, mais aussi dans la prostitution infantile et le terrorisme. (…) Les enquêteurs pensent même qu’il pourrait y avoir un lien entre la contrefaçon et les attentats du 11 septembre 2001 (suivent quelques informations chiffrées). Par ailleurs, au début de l’année 2000, au cours d’une descente dans une bagagerie de Manhattan dont le gérant, originaire du Moyen-Orient, vendait des montres et des sacs à main de luxe contrefaits, Andrew Oberfeld, expert en sécurité, et Heather McDonald, avocate en droit de la propriété intellectuelle, trouvèrent un manuel et un simulateur de vol, ainsi que des exemplaires de schémas techniques de ponts. (…) « Les bénéfices générés par la contrefaçon sont une des trois sources principales de financement du terrorisme international ».

Je renvoie au livre susmentionné qui contient de nombreux autres développements tout à fait édifiants (mais vous comprenez l’idée). Dans le même ordre d’idées et pour varier les sources, je vous propose également le  rapport émanant de l’Union des Fabricants remis à Michel Sapin le 20 juin 2016 « sur les liens étroits qui existent entre la Contrefaçon et le Terrorisme ». Ce rapport tend notamment à faire adopter par l’ONU une résolution condamnant la contrefaçon comme méthode de financement du terrorisme

En d’autres termes, acheter de la contrefaçon ne se résume pas à causer une infime perte à des géants de l’industrie du luxe, de grands groupes qui ne s’intéressent au monde des marques et à l’industrie textile que pour l’argent qu’ils peuvent y gagner (comme je le pensais, naïve que j’étais).

Il s’agit de savoir, maintenant que l’on en est informé, si l’on est d’accord de participer à un commerce de l’ombre qui ne se contente pas de vendre des objets dans la clandestinité mais repose entièrement sur l’illégalité: travail des enfants, salaires minables, exploitation, esclavage, telles sont les conditions de fabrication des objets dont nous parlons. Ajouté à cela que ce commerce est exploité par les pires mafias du monde et participe au financement des pires ignominies: prostitution d’enfants et terrorisme entre autre.

N’achetons plus de contrefaçon. N’acceptons pas de participer à cela.

Fléau silencieux, la contrefaçon est une bombe à retardement qui donne des sueurs froides au secteur du b

LA FAUSSE BONNE COPINE QUI TE POUSSE A ACHETER

Vous le savez, j’aime le shopping! En même temps, je pense qu’il faut faire attention à bien acheter pour ne pas le regretter (à ce sujet je vous renvoie aux articles qui se trouvent ici, ici et ici).

Depuis quelques temps et c’est dans l’air du temps (j’aimerai bien être un peu plus rebelle et faire quelque chose qui soit bien à contre-courant), je réfléchis à comment acheter moins, mais acheter mieux (article à ce sujet à venir quand j’aurai un peu plus de temps pour m’y mettre sérieusement).

Dans le cadre de cette réflexion, je pense à l’existence d’un fléau, ennemi de la serial shoppeuse qui se soigne:

La copine qui te pousse à la consommation

mariage5

Pourquoi fait-elle ça?

  • Pour justifier sa propre difficulté à résister face à la tentation (et le fait qu’elle vient de s’acheter une robe en cachemire immettable), elle essaie de te convaincre que oui, cette magnifique veste en simili-cuir « rose poudré » (ça c’est ce qui est noté sur l’étiquette, parce qu’en vrai c’est plutôt – « beige exactement comme ta peau » (c’est dire que ça te sied)) a été créée pour toi! Oui c’est une magnifique création et si c’est si cher (même que c’est du simili), il y a une raison, la finesse du détail, la magnifique doublure, bref, elle est encore plus tenace que la vendeuse (celle qui est payée à la commission).
  • Elle a des goûts de chiotte => Choisis mieux tes amies!
  • Parce qu’elle n’est pas ton amie. Elle veut soit te ridiculiser devant les gens, soit te ridiculiser devant un mec, soit les deux en même temps.

Pourquoi toi tu ne veux plus qu’elle fasse ça?

  • Comment tu vas faire pour pouvoir t’acheter ce sac à mains qui lui, vaut la peine? Comment tu vas faire pour t’offrir de vraies belles fringues? T’as autre chose à faire que jeter l’argent par les fenêtres (si tel n’est pas le cas, contacte-moi, je te donnerai mes coordonnées bancaires).
  • Dis-toi que si quelque chose ne te plaît pas aujourd’hui, tu le mettras jamais.
  • Tu ne veux pas être ridiculisée devant les gens/un mec/les deux.

Comment réagir face à une copine qui te pousse à acheter?

Le problème, quand quelqu’un te répète avec un entrain démoniaque que quelque chose te va, c’est que soit tu finis pas le croire, soit tu n’oses pas dire que cela ne te plaît pas (je parle en connaisseuse, j’ai de la peine à dire aux vendeuses que je n’aime pas… c’est dire). C’est clair que quand on te dit « Ca te rajeunit », c’est dur de répondre « J’aime pas », sous-entendu « Non, je préfère continuer à faire 10 ans de plus que mon âge ».

Si tu as peur de dire la vérité (ce qui paraît tout de même être la meilleure solution), tu peux aussi mentir un tout petit peu: « Je n’ai pas trop les moyens pour ça« , ou « Je vais réfléchir » – les vendeuses savent que ça veut dire: « Je ne reviendrai jamais » mais bon… Ta copine aura peut-être un doute. Ou alors « J’en ai déjà 10 pareils », là, rien à dire…

 

 

 

5 REGLES CONTRE LA DEPRIME VESTIMENTAIRE HIVERNALE

Si vous êtes comme moi, hiver est pour vous synonyme de déprime. A la moindre baisse de température, l’envie d’appeler votre médecin traitant pour vous faire prescrire du Xanax vous démange (mais comme vous avez honte de vous, vous préférez manger du chocolat en vous sentant moche).

Alors OUI, l’hiver « c’est si bôôô avec toute cette neige » (quand il y en a j’ai envie de dire), mais cessons de nous mentir (oui cessons donc!): en hiver, on ne sait plus/pas/jamais (biffez la mention inutile) comment s’habiller. Il n’y a qu’à regarder le hit de la saison: la célèbre UGG. Les blogueuse mode les plus intransigeantes l’avouent « oui c’est pas joli mais c’est si merveilleux pour l’hiver »… sentiment d’impuissance.

toutes-en-ugg-on-copie-les-stars-pour-rester-stylees-cet-hiver-10373176mkhqq_2041

Moi aussi il m’arrive d’en porter parce que c’est vrai que c’est très confortable, mais soyons honnêtes, c’est pas franchement le summum du bon goût

Franchement en hiver, il y a de quoi déprimer sévère.

1. Les collants c’est merveilleux

Les collants sont vraiment vos alliés contre le froid. N’ayez pas peur de mettre des robes ou des jupes en hiver, un collant bien épais (et donc opaque) vous tiendra plus chaud qu’un jeans (parfois j’ai le sentiment que mon jeans gèle directement sur ma peau, je ne sais pas si c’est normal ou si c’est un signe qui devrait m’alerter). J’achète des DIM parce qu’ils tiennent hyper longtemps et que je peux les laver tel quel à la machine à 30°C.

IMG_9859-copy

2. Pensez à faire ressemeler vos chaussures d’hiver

Oui parce que curieusement (peut-être parce que leurs concepteurs n’ont jamais vu le vrai visage de l’hiver), les chaussures d’hiver (bottes, bottines surtout) ont de belles semelles toutes lisses qui ne tiennent pas au sol. Le moindre frimas et c’est la patinoire. T’as déjà tenté de descendre un chemin juste un peu en pente alors qu’il y a une toute fine couche de neige? T’as la grâce d’un veau sur un toboggan.

Le cordonnier peut vous changer votre semelle pour quelque chose de plus « profilé » comme disent les professionnel. Ainsi vous pouvez garder la démarche sûre, sans revêtir vos célèbres Moonboots.

3. Misez sur les accessoires

Le mauvais temps donne bien des excuses pour mettre des bonnets, écharpes, parapluie, gants.

23237491525_e9bc832ef9_o

stephaniejovski1-645x967

4. Le maquillage est ton ami

Parce que souvent on a l’air Balade et tout patraque avec ce manque de soleil. Un bon coup de maquillage et c’est reparti.

problemes-rouge-a-levres-rouge-fille-style-bonnet-duckface

5. On mise sur la couleur

Parce que la grisaille c’est bon.

fave18

Un manteau n’a pas l’obligation d’être noir et votre mine peut être autre chose que grise. Cette année, le rose est très à la mode et c’est vrai que ça donne bonne mine. Parfois, il en faut peu pour se requinquer.

 

 

 

 

 

10 CITATIONS SUR LE STYLE (11 pour ceux qui savent compter)

Un bon mot n’est jamais de trop… Aujourd’hui et pour changer et aussi parce que malheureusement, ces temps-ci j’ai énormément de travail alors j’ai du mal à écrire un article plus complet, je vous propose quelques petites phrases bien senties qui pourraient faire tout leur effet.

  • « Celui qui a dit que l’argent ne fait pas le bonheur ne savait pas où faire du shopping » Bo Derek
  • « Je ne suis pas accro au shopping, j’aide l’économie » Paris Hilton (sad but true)
  • « Les meilleures choses dans la vie sont gratuites, les secondes meilleures sont extrêmement chères » Coco Chanel
  • « Clothes mean nothing until someone lives in them » Marc Jacobs

gallery-1439832877-hbz-irisapfel06

  • « La mode passe, le style reste » Yves Saint Laurent
  • « J’aime mon argent quand il est là où je peux le voir: sur des cintres, dans mon armoire » Carrie Bradshaw
  • « Au fil des années, j’ai appris que ce qui est important dans une robe, c’est la femme qui les porte » Yves Saint Laurent
  • « Je ne peux pas me concentrer en chaussures plates » Victoria Beckham
  • « Les vêtements ne vont pas changer le monde, les femmes qui les portent, si » Anne Klein

3128011486_1_4_Pqh6Utls

C’EST QUOI CA? – 7. LES ONGLES EN FOURRURES

Non! Vous ne rêvez pas! Des ongles en fourrure! Oui c’est possible!!!

300097

Vous trouvez ça pas terrible? C’est une des meilleures photos que j’aie trouvé…

Pour faire une manucure de ce type:

  1. prenez des poils (et là je ne veux rien savoir, où vous les prenez, d’où ils viennent, vous gardez ça pour vous)
  2. vous collez ces poils esthétiquement sur vos ongles avec du top coat.
  3. Puis vous vous arrachez les ongles quand vous en avez assez du look loup-garou de l’extrême.

C’est simple. Mais à ne pas faire si vous êtes un peu gauche (t’imagines, te coller un poil dans la main? ou – pire – sur les sourcils…) ni allergique aux poils.

300105

Le look punk

La-nouvelle-mode-des-ongles-a-fourrure-1-250x250

Les ongles fourrés sont l’occasion pour les plus créatifs d’entre nous d’enfin s’exprimer.

Les ongles à fourrure sont pratiques pour:

  • arrêter de se ronger les ongles,
  • éviter d’avoir les ongles qui s’écaillent (maintenant ils pèlent),
  • se maquiller encore mieux avec les doigts.

Je sais pas si vous le sentez, mais c’est dur de trouver une utilité à cette pratique… Je vous laisse y réfléchir.

images-1

ET TOI, T’AS EU QUOI POUR LA SAINT-VALENTIN?

Alors oui, on est un peu tard pour en parler vu que la Saint-Valentin c’était dimanche dernier, mais au moins je ne vous aurai pas influencé en vrai je suis un peu à la bourre.

Voici une liste de cadeau de Saint-Valentin qui vous rappelleront peut-être des souvenirs.

1.- Le trop classique

Les chocolats, les fleurs, c’est ce qu’on offre généralement à la Saint-Valentin. Mais c’est déjà vu non? Dans le genre je me suis pas cassé la nénette (« comment ça tu es allergique au pollen? »), ça se pose là.

Boîte-chapeau

3. – Le trop égocentrique

C’est vrai pour la Saint-Valentin, pour Noël ou pour son anniversaire, ce n’est pas (censé être) pour vous. Donc le robot ménager dont vous rêvez, c’est NEIN!

belle-and-gaston-beauty-and-the-beast

Non, il ne voulait pas un livre pour la Saint-Valentin, encore une fois, Belle n’a pensé qu’à elle!

3.- Le trop trop

OK, c’est la Saint-Valentin et on est content (enfin, surtout si on est fleuriste, chocolatier ou restaurateur), mais bon, gardons à l’esprit que trop de romantisme tue le romantisme, c’est la Saint-Valentin pas la fête du kitch. Une demande en mariage pourrait attendre une date qui n’appartiendra qu’à vous.

Bonus.- Le trop hors sujet

La pilule qui parfume les pets (véridique), le déodorant, la crème anti-rides, la séance de relooking… mieux vaut être délicat avec son/sa dulciné/e pour la Saint-Valentin.

 

 

CINQ PRODUITS DE BEAUTE QU’IL FAUT AVOIR

A la suite de plusieurs sollicitations qui m’ont été adressées récemment, je vous livre ici ma liste d’essentiels. Je ne connais évidemment pas tous les produits de beauté du monde mais, comme tout un chacun, j’ai beaucoup testé, erré, au gré des jolis packaging des produits conseils des vendeurs/euses et des changements de préoccupations (le jour où on cesse de te dire que ta peau est merveilleuse pour te suggérer un petit soin anti-âge sonne le glas des années d’insouciances)…

1.- La crème hydratante

Oui, c’est moche et pourtant ce que nous disaient nos grand-mères était vrai: l’hydratation c’est essentiel. Il faut donc trouver une crème adaptée à son type de peau et pour cela, demander conseil. Pour ma part, j’ai pas mal galéré pour trouver une crème assez hydratante (je fais partie des veinardes qui ont la peau hyper sensible). J’ai testé, sur le conseil de Carlita et de son article sur le soin curacné la crème Nutritic Intense de La Roche-Posay (depuis elle conseille plutôt une crème Clarins…).

La_Roche_Posay_Nutritic_Dry_Skin_Tube_50ml_1393343578

J’en suis très contente et vous la recommande chaudement. Elle est facile à utiliser, laisse une agréable sensation sur la peau et hydrate bien! J’en mets deux fois par jours.

2. La CC cream

Et là, Mesdames, Monsieurs, cela a été une r-é-v-é-l-a-t-i-o-n. Qui dit peau sèche dit « le fond de teint est ton ennemi ». Le problème, c’est que j’aime bien me maquiller pour aller au travail (sans avoir l’air de l’enfant illégitime de Morticia Adams et de Beetlejuice) et que la poudre compacte ne tient pas toute la journée (et que j’aime les petits sacs à mains dans lesquels je ne peux pas remettre trois tonnes de recharges)! La CC cream est la dernière née des marques cosmétiques qui aiment nous faire croire que nous avons un besoin vital de leurs nouveaux produits. A mi-chemin entre une crème et un fond de teint, elle hydrate (un peu mais c’est pas non plus le truc ultra-gras pour peau sensible, on s’entend), protège du soleil, et embellit en cachant les imperfections et mettant un peu de couleur (mais ce n’est pas aussi couvrant qu’un fond de teint donc plus naturel).

Après quelques tests en magasin, j’ai opté pour la marque Clinique et même si cela ne fait pas très longtemps que je l’utilise, je suis ravie.

IMG_3851

3. Le blush

Parce que je n’aime donc pas ressembler à un cadavre (on l’aura compris), le blush est un grand plus dans ma vie. J’en mets en haut des pommettes et alterne les couleurs selon l’humeur du jour.

Une marque, deux produits:

  • Sugarbomb de benefit: onctueux, une caresse sur le visage, c’est rose, c’est girly.
  • Majorette de benefit: ce qui est agréable, c’est la texture crémeuse, donc facile à appliquer avec les doigts, et qui tient bien.

IMG_3852

4. Le rouge à lèvres

J’ai mis longtemps à oser porter du rouge à lèvres. Aujourd’hui, j’ai l’impression que quelque chose me manque quand, avant de partir, je vois que j’ai oublié d’en mettre. Le rouge à lèvres féminise beaucoup. Il structure le visage et donne très bonne mine.

Je n’ai pas vraiment de chouchou. J’en ai de plusieurs marques et dans plusieurs couleurs.

5. Un anti-cernes

Un bon anti-cernes change le regard et rafraichit. J’utilise touche éclat d’Yves Saint Laurent. Souvent imité, jamais égalé, c’est un des produits phares de la marque.

Bonus: et pour les yeux?

maxresdefault

Après avoir mis un produit sur la peau pour fixer la couleur, je mets une ombre à paupière d’une couleur pas trop cheap (entendre fluo) est toujours élégante. J’aime les tons bruns. J’ai plusieurs palettes pour varier les plaisirs: Nars, Urban Decay ou Sephora, j’applique les poudres soit avec les doigts pour un effet naturel (en semaine quand j’ai peu de temps) ou avec un pinceau ce qui donne un joli effet travaillé. Un coup de crayon sur la paupière inférieure, j’utilise un crayon noir Urban Decay. Du mascara, également Urban Decay ces jours-ci.

cadeaux-journalistes-beaute-produits-donner

Et surtout, n’oubliez pas de vous démaquiller!