ET SI ON FAISAIT UN PEU DE RANGEMENT?

Depuis que j’ai procédé à un rangement de fond parmi mes affaires, mon entourage me trouve plus élégante.

Mettre tous ses habits par terre... un petit instant de malaise

Mettre tous ses habits par terre… un petit instant de malaise

Dès que j’ai appris l’existence du best-seller de Marie Kondo, La magie du rangement, je me suis précipitée dans la librairie la plus proche. Pour moi qui procédais à un rangement de fond tous les six mois, l’idée d’une méthode de rangement efficace sonnait comme une épiphanie. Pourtant, lorsque je m’en suis ouverte à mes amis, tous ont eu la même réaction: « Mais c’est rangé chez toi ». Evidemment, je n’ai pas osé répondre « Oui, je comprends que quelqu’un qui ne voit mon appartement qu’après quatre heures de nettoyage intensif et qui n’ouvre pas les placards pense que c’est rangé ».

Le vrai problème, ce n’était pas que ce soit ou non ordré, le problème était plus profond avec ma « petite » tendance à la boulimie du shopping et ma peine à me séparer des choses. En réalité, je me sentais oppressée, tri de fond après tri de fond. Le livre de Marie Kondo m’a permis de comprendre enfin les différentes erreurs que je commettais jusqu’alors, la principale d’entre elles étant de choisir parmi mes affaires celles dont je voulais me débarrasser plutôt que celles que je voulais garder. Konmari, c’est la méthode un peu folle développée par une japonaise dont la passion depuis ses cinq ans, c’est d’ordonner les choses, de classer, trier et mettre dans des boîtes. Même si son petit côté animiste du vêtement (tes habits veulent t’aider à accomplir tes tâches du quotidien) laisse songeur, il faut avouer que depuis le temps que la question du rangement la préoccupe, la brave Marie a quelques conseils avisés à dispenser et que tout n’est pas à jeter (haha). En gros (attention spoiler), l’idée est la suivante: pour ranger efficacement, il s’agit de prendre toutes les affaires de même type (vêtements, livres, affaires d’hygiène, …), de les réunir par terre ensemble. Et là, c’est (ou censé être) le drame! « Oh mon Dieu mais tout cela est à moi c’est quand même fou comme je suis superficielle » me suis-je écriée, l’air faussement surpris (il fallait bien parce que Monsieur était quant à lui vraiment estomaqué). Et là, intervient la fameuse technique du « est-ce que cet objet m’apporte de la joie ». On sera surpris (si on est blasé comme moi) de constater à quel point pas grand chose ne nous apporte de la joie. Et si les trois premières chemises sont lâchées de manières dubitatives sur ce qui deviendra le « Mont Everest du débarras », après ça va vraiment très vite, tant que la transe finit par se pointer! Pour être aussi efficace que possible Marie Kondo (qu’on imagine bien en petite et frêle japonaise colérique, hurlant à chaque instant « on jette ») préconise un ordre pour le tri: les vêtements en premier, les affaires très personnelles comme les albums de photos ou les lettres en dernier. Pour ma part, je n’ai absolument pas touché à mes livres et j’ai sauté tout le passage qui en parlait.

Vient ensuite le rangement car, comme on nous l’explique environ 150 fois, c’est très important que chaque objet ait une place, car sinon c’est le bordel. Konmari préconise un mode de rangement qui permette à l’usager de voir tout ce qu’il a quand il ouvre son tiroir ou son armoire. Comme j’avais largement assez de place, je me suis épargnée les t-shirt en origami, mais j’ai rangé mes sous-vêtements dans le carton des boites à chaussures et c’est vrai que cela prend moins de place et que c’est très rangé. Au final, j’ai été épatée du stade de rangement auquel je suis parvenue et ça fait un moment que cela dure. Prendre ses affaires une à une en se demandant si elle nous « apporte de la joie », c’est la meilleure méthode de tri que je n’aie jamais exercée. Le résultat, pour moi qui partais d’une grande penderie surchargée et de trois énormes boîtes d’habits à la cave (deux pour les affaires hors saisons et une pour les affaires « on-ne-sait-jamais »), c’est que TOUS mes habits sont dans la penderie! Par ailleurs et là c’est le meilleur, quand j’ouvre la penderie, il ne se trouve, dans mon champ de vision QUE et UNIQUEMENT DES CHOSES QUE J’AIME. Et ça, c’est incroyable!

Le tri parmi mes produits cosmétique/maquillage (certains jugeront le reliquat bien assez impressionnant) m’a fait réaliser que je n’avais besoin que de ça. Lorsque j’ouvre ma penderie je ne soupire plus comme avant en me disant « Je n’ai rien à me mettre », mais je dois y passer un quart d’heure car j’hésite trop sur la tenue, maintenant que je vois bien mieux mes belles affaires! Seul point négatif: je m’agace un peu moi-même car quand je rentre, je dois impérativement immédiatement ranger ma veste, mes chaussures, etc… et parfois j’ai un peu autre chose à faire (comme aller aux toilettes).

Une partie des affaires de Monsieur traînent à gauche sur le premier rayon

Une partie des affaires de Monsieur traîne à gauche sur le premier rayon

IMG_2606IMG_2584IMG_2605

Publicités

4 réflexions sur “ET SI ON FAISAIT UN PEU DE RANGEMENT?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s