COMMENT PORTER DES CHAUSSURES LEOPARD?

Avec des chaussures léopard, on assure, mais attention au fameux fashion faux pas!

1- On veut de la qualité!

Les chaussures, c’est l’article sur lequel il ne faut pas lésiner. Vos pauvres pieds vous supportent toute la journée. Il leur faut des matériaux naturels. En outre, les chaussures de mauvaise qualité font plus mal aux pieds, ont le talon mal placé (attention aux chevilles tordues), font transpirer, et s’usent rapidement. On choisit donc une chaussure de bonne qualité. Mais attention, qualité ne veut pas nécessairement dire « hors de prix » (ni « hors de prix » qualité d’ailleurs, mais c’est un autre débat).

Cosmo Paris

Cosmo Paris 139 Euros

Christian Louboutin, un peu moins accessible

Christian Louboutin, un peu moins accessible

Repetto

Repetto

2. Un seul article léopard à la fois!

Une paire léopard ne va pas avec tout (comme on pouvait s’en douter). En général, il est déconseillé de porter plusieurs articles léopard ou même à motifs animaliers en même temps. Le total look c’est pour les soirées déguisées, thème Cruella d’Enfer en safari! Donc, la chemise fluide léopard et le rappel dans les chaussures, on oublie.

Trop de léopard tue le léopard

Trop de léopard tue le léopard

3. Les bonnes alliances

Contrairement à ce que l’on penserait naturellement, les chaussures léopards peuvent se porter facilement. Ce n’est donc pas un achat superflu. Il faut cependant faire les bonnes alliances niveau couleur/motif.

Le léopard peut supporter d’être mixé avec un motif complètement différent. Après cela ne plaît pas à tout le monde (et de loin). Pour ma part, j’estime que c’est un choix assez heureux car il calme le côté bad girl du léopard qui est souvent relativement mal vu.

Chemise Zara, pantalon chino Esprit, escarpins Geox

Chemise Zara, pantalon chino Esprit, escarpins Geox

En tout les cas, on peut le mixer avec quasiment toutes les couleurs mais pas: le rose (poupée barbie), le orange (qui a avalé son auto-bronzant?) ou le jaune (redondant). Ces chaussures font un très bel effet avec un jean (brut, délavé ou même gris), un petit haut marine ou même rouge.. presque tout est permis.

715351-comment-porter-les-chaussures-plates-637x0-2escarpins-pointus-léopard

Même tenus, manteau Pablo, sac Gatsby de Longchamp

Même tenue, manteau Pablo, sac Gatsby de Longchamp

Haut Sinequanone Collier Galeries Lafayette Jeans levi's Chaussures Geox (les seules léopard que j'aie on l'aura compris)

Haut Sinequanone
Collier Galeries Lafayette
Jeans levi’s
Chaussures Geox (les seules léopard que j’aie on l’aura compris)

4. On équilibre

Le risque avec les chaussures léopard, c’est de se la jouer trop sobre pour calmer le jeu. A mon sens, une silhouette complètement noire, avec des chaussures léopard attire le regard sur… les pieds (qui l’eût cru), du coup on ne voit que cela. Bien que l’accessoire soit joli et qu’on aime qu’il soit remarqué, il ne doit pas jouer les premiers rôles. Donc si on aime le noir, on rééquilibre, avec un gros collier brun ou doré par exemple.

5. On assume

Le motif panthère, tout le monde ne l’apprécie pas. Il est malheureusement (et à tort) mal perçu. Quand je porte mes escarpins (Geox), je vois que les gens (mais surtout les femmes) regardent avec insistance mes pieds. Marcher pieds-nu dans la ville serait à peine moins bien perçu (« Oh! Mon Dieu! Cette jeune personne porte des escarpins léopard, c’est certainement une péripatéticienne qui guette le chaland avec ses chaussures de drag-queen »). En réalité, bien porté c’est tout à fait classe et joli!

ines-de-la-fressange-au-defile-carven-printemps-ete-2013-10773607wleof

Approuvé par Inès de la Fressange, papesse du bon goût

Donc pour conclure, l’essentiel, avec des chaussures léopards, c’est de les assumer.

J’AI LU: LA PARISIENNE D’INES DE LA FRESSANGE

« La Parisienne » d’Inès de la Fressange, avec Sophie Gachet, édit. Flammarion, s’annonce comme un classique du genre. Conseils, boutiques, bons plans, fautes de goût à éviter… Petit tour de ce que j’ai apprécié et de ce que j’ai moins aimé.

Les plus:

Qui ne rêve pas de bénéficier des précieux conseils d’Inès de la Fressange? Dans son livre, « La parisienne », l’ancien modèle toujours au top nous explique ses petits secrets de beauté. J’ai apprécié la fraîcheur de la présentation et l’humour, par petites pointes, dont on sait Inès de la Fressange coutumière. Les magasins proposés font vraiment envie. Moi qui essaye de consommer moins mais mieux, je suis bien contente de ne pas habiter Paris… Les conseils pour éviter le fashion faux pas sont bons à prendre. Niveau mauvais goût, il y a fort à parier qu’Inès a pu côtoyer le problème de près. Les conseils de beauté sont très bons à prendre.

IMG_2738

Les moins:

Quant au titre, « La Parisienne » me paraît peu adapté. En réalité, c’est plutôt, « Inès de la Fressange par Inès de la Fressange ». Quant aux conseils de look en effet, on nous indique que les basiques que toute parisienne possèderait seraient: un pull en cachemire marine, un trench, un jean blanc, une veste d’homme et une petite robe noire. Je ne vis pas à Paris mais ce n’est pas ce qui ressort de mon observation personnelle. En suivant ces conseils on est cependant sûre de toujours être dans le bon goût… mais sans prendre aucun risque. En effet, les tenues proposées sont très très peu fantaisistes. Enfin, les conseils quant aux modèles de vêtements à choisir, il n’y en a pas: « J’aime surtout les tailles basses, mais là, mieux vaut se fier à sa morphologie »… oui en effet.

La fille d'Inès, Nine d'Urso, a joué les modèles... le style de maman est mis à l'honneur

La fille d’Inès, Nine d’Urso, a joué les modèles… le style de maman est mis à l’honneur

En conclusion:

En gros, si les images sont belles, si le texte est plutôt drôle (mais peu étoffé), le livre laisse un peu sur sa faim, surtout si on cherche des astuces ou des conseils pour soigner son look. En définitive, j’ai été assez déçue.

LAUSANNE (ET ENVIRONS) EN AVRIL

Ces derniers jours ont été l’occasion de retrouver le soleil et la chaleur. Ils nous avaient beaucoup manqué.

Promenade au bord du lac Léman, de Lausanne à Lutry, dimanche 5 avril

IMG_2702 IMG_2703

Le bord du lac est toujours aussi beau. Les ballades sont l’occasion de critiquer les tenues des gens, de supplier Monsieur pour que l’on prenne un chien, de râler sur la mauvaise éducation des enfants  de nos jours, et j’en passe. Idéal pour terminer un weekend.

La fête de la tulipe à Morges, samedi 11 avril

IMG_2732 IMG_2733 IMG_2735 IMG_2737

Ces beaux jours sont l’occasion d’aller traîner sa carcasse à la fête de la tulipe de Morges (jusqu’au 17 mai). Le parc a été agrémenté de tulipes (car c’est la fête de la tulipe). La promenade est très belle, la vue superbe. Attention toutefois, nous avons failli mourir écrasés par un petit garçon qui poussait sa poussette en courant!

Vieille ville et bord du lac Léman, dimanche 12 avril

Je ne pouvais pas finir le weekend sans choper un beau coup de soleil. Le temps a si vite passé au chaud que j’en ai oublié ma petite peau de blondasse nordique (car oui, je suis nordique). Pendant que Monsieur (moitié espagnol, moitié italien) était en train de brunir sans aucun souci. Une petite balade en vieille ville avec de beaux panorama qui se termine, comme il se doit, par un petit verre au Beaurivage Palace (oui Madame, on se soigne).

IMG_2741 IMG_2742 IMG_2743

IMG_2746

IMG_2747

Alors, ça fait envie ou ça fait envie??

YOU’RE SO FRENCH ou COMMENT ENFIN TROUVER DES CONSEILS INTELLIGENTS SUR LE STYLE

« You’re so French! – Cultivez votre style » d’Isabelle Thomas et Frédérique Veysset (éd. de La Martinière) est un ouvrage facile d’accès et plein de bon sens qui parle (bien) de l’élégance à la française.

Enfin un livre qui parle de style, mais…

… qui ne nous parle pas de mode! You’re so French est un ouvrage qui porte sur l’élégance à la française et l’art de cultiver sa propre identité. Les conseils (comment porter du cheap (même si l’essentiel des femmes photographiées portent de la belle marque et surtout pas du cheap (c’est le festival du Hermès) – en plus elles sont dessinatrices de bijoux, responsables achat dans de grands magasins ou designer…), choisir son jean, la petite robe noire…) côtoient des interviews de personnes du monde de la mode. Ce qui frappe ici – et c’est vraiment une idée qui est très présente sur le blog d’Isabelle Thomas – c’est qu’il ne s’agit pas spécialement (ou uniquement) d’une question de morphologie (« Tou es oune A ») ou de mode (« C’est hyper tendance ») et donc de consumérisme. Non, ce qu’on nous explique c’est que c’est surtout une question de style et que le style n’a pas à être à la mode du jour. Il est intemporel et ce qui compte, c’est la P-E-R-S-O-N-N-A-L-I-T-E. Le fil rouge de l’ouvrage étant que la française connaît les codes, qu’elle est sobre et élégante sans être tape-à-l’œil.

IMG_2697

Sur cette photo, Madame de Jerphanion porte une parka H&M qu'elle a customisée!

Sur cette photo, Madame de Jerphanion porte une parka H&M qu’elle a customisée!

La bonne idée: se libérer des diktats de la mode

Il ne s’agit donc pas, selon cet ouvrage et les gens qui s’y expriment, de suivre la mode, d’acheter le dernier truc de la maison X qui vient de sortir, mais bien plutôt de s’inscrire dans le temps, dans le style et l’élégance, sans (avoir l’aire d’) en faire des tonnes. Ici, on nous l’assure, une tenue pas forcément hors de prix, avec une ou deux belles pièces de jolie qualité, c’est l’assurance d’un look réussi. La marque est chère et ne vaut pas forcément son prix. Amen!

Pour une fois que l’on parle aux femmes qui s’intéressent à la mode de manière censée, loin des considération d’ « être à la page », d’avoir des habits « de la dernière collection sinon rien »… Je trouve que c’est ce qu’il fallait.

Un ouvrage qui fait du bien au style

Comme je vous en parlais ici, j’ai procédé, il y a quelques temps, à un rangement de fond. La lecture de « You’re so french » et de « La magie du rangement » m’a aidée à réaliser plusieurs choses toutes simples mais utiles: le nécessaire pour avoir du style, je l’avais déjà, il s’agissait simplement de le porter, de faire les associations intelligentes. Avec Konmari, je me suis rendue compte de la richesse de mes placards, avec You’re so french, je me suis sentie plus créative quant à mes tenues. Je me sens moins complexée de ne pas être à la pointe de la mode, mais plus heureuse d’être moi-même.

En conclusion, j’ai beaucoup apprécié ce livre que je vous recommande, surtout pour les belles photographies (de toujours un peu les mêmes filles mais bon…), et l’envie et les idées que l’ouvrage peut susciter!

COMMENT NETTOYER SON ARGENTERIE (OU SES BIJOUX EN ARGENT)?

Il m’arrive régulièrement d’être sollicitée au sujet du nettoyage de l’argent. En effet, j’ai développé, depuis que je suis enfant, une grande passion pour l’argenterie et surtout, pour son entretien!

L’argent a ceci d’intéressant que son nettoyage est très gratifiant, en effet, du noir ou jaunasse (selon le degré d’oxydation et la qualité de l’argent), on passe rapidement, si on a le bon matériel, à un bel argenté brillant.

La bonne méthode

Le marché propose de nombreux produits pour le traitement de l’argent dont certains sont aussi inefficaces que malodorant. Comme souvent, le produit qu’utilisaient nos grand-mères reste le plus efficace, c’est le Hagerty silver polish. Un produit saumon dont on imbibe de la ouate, et on frotte (pour les surfaces travaillées, une vieille brosse à dents est très efficace). Très rapidement, le rose de la pâte devient noir et l’argenterie redevient brillante.71Dt-8KAp2L._SY355_

Oh! La belle argenterie! Dans le film Gostford Park, Robert Altman a demandé à des domestiques de travailler en tant que consultants. Derek Jacobi utilise à un moment un produit rosé ressemblant fort au Hargety, pour nettoyer des chandeliers en argent

Oh! La belle argenterie! Dans le film Gostford Park, Robert Altman a demandé à d’anciens domestiques de travailler en tant que consultants. Derek Jacobi utilise à un moment un produit rosé ressemblant fort au Hargety, pour nettoyer des chandeliers en argent

Une fois les objets en argent nettoyés, il reste du produit gras sur les objets. On les essuie alors avec de l’essuie-tout pour les lustrer. Voilà, c’est fini. SAUF POUR LES COUVERTS! On ne met pas dans sa bouche des objets qui n’ont pas été lavés avec du produit vaisselle pour enlever le reliquat de produit, malheureux!

Pour les bijoux, la méthode est la même, mais attention, si vos breloques en argent sont incrustées de pierres ou d’autres matériaux, il faut être attentifs car la crème Hagerty peut être agressive!

En Suisse, on trouve ce produit en droguerie, par exemple chez Sunstore.

Pour ceux qui sont pressés et qui n’ont pas envie ou le temps d’investir

Un bon dentifrice (avec une vieille brosse à dent) fait l’affaire. Comme le dentifrice contient de l’anti-oxydant, c’est une très bonne méthode mais moins rapide que l’Hagerty!

SHAUN LE MOUTON, LE FILM

Hier après-midi, nous sommes allés voir Shaun le mouton, le film. Petit instant de malaise passé (nous sommes les seuls sans enfants…),  nous avons passé (enfin j’ai passé) un très bon moment!

Shaun-le-mouton

Les studios Aardman sont passés maîtres dans l’art du capture motion. Bercée depuis mon plus jeune âge par Wallace et Gromit (merci la Lanterne magique), les personnages en pâtes à modeler évoquent en moi une infinie tendresse. Les détails des personnages et des décors sont autant de petits chefs-d’œuvre. Pour une fois, on a pas envie de se rouler par terre de douleur à la perspective de lâcher 20 francs pour une place de cinéma. Penser que cent personnes ont travaillé des mois durant pour sortir ce film, ça aide à faire passer la pilule.

Shaun, le petit mouton qui ne fait rien que se lever le matin, se faire tondre (parfois) et aller se coucher trouve quand même que sa vie est bien casse-pieds et il se prendrait bien un jour de repos (c’est une petite nature). Il décide avec ses copains de faire dormir le fermier qui, suite à certaines maladresses, se retrouve amnésique dans la grande ville. Shaun et ses amis vont tout faire pour le retrouver.

Une jolie histoire, de l’humour, ce film c’est une bouffée d’oxygène au milieu de tous les films d’animation qui sortent chaque année. Car si l’image de synthèse est de plus en plus maitrisée, on doit admettre qu’elle manque un peu d’âme et de douceur.

L’humour qui fait la particularité de Wallace et Gromit ou Chicken Run est au rendez-vous. L’absence totale de dialogue frappe toutefois et on est un peu gêné de ne pas comprendre ce que disent les humains. On s’y fait et le ton suggère assez clairement la teneur des propos. Les personnages en pâtes à modeler sont très expressifs au final. Les rebondissements se succèdent à un bon rythme et sans aucune prévisibilité.

Je me demande toutefois si les plus jeunes peuvent bien appréhender ces aventures car, même si l’histoire est gentille et sans aucune violence, l’humour me paraît plutôt s’adresser à un public relativement mature.

En définitive, je vous conseille vivement ce film, que j’ai beaucoup apprécié!

ET SI ON FAISAIT UN PEU DE RANGEMENT?

Depuis que j’ai procédé à un rangement de fond parmi mes affaires, mon entourage me trouve plus élégante.

Mettre tous ses habits par terre... un petit instant de malaise

Mettre tous ses habits par terre… un petit instant de malaise

Dès que j’ai appris l’existence du best-seller de Marie Kondo, La magie du rangement, je me suis précipitée dans la librairie la plus proche. Pour moi qui procédais à un rangement de fond tous les six mois, l’idée d’une méthode de rangement efficace sonnait comme une épiphanie. Pourtant, lorsque je m’en suis ouverte à mes amis, tous ont eu la même réaction: « Mais c’est rangé chez toi ». Evidemment, je n’ai pas osé répondre « Oui, je comprends que quelqu’un qui ne voit mon appartement qu’après quatre heures de nettoyage intensif et qui n’ouvre pas les placards pense que c’est rangé ».

Le vrai problème, ce n’était pas que ce soit ou non ordré, le problème était plus profond avec ma « petite » tendance à la boulimie du shopping et ma peine à me séparer des choses. En réalité, je me sentais oppressée, tri de fond après tri de fond. Le livre de Marie Kondo m’a permis de comprendre enfin les différentes erreurs que je commettais jusqu’alors, la principale d’entre elles étant de choisir parmi mes affaires celles dont je voulais me débarrasser plutôt que celles que je voulais garder. Konmari, c’est la méthode un peu folle développée par une japonaise dont la passion depuis ses cinq ans, c’est d’ordonner les choses, de classer, trier et mettre dans des boîtes. Même si son petit côté animiste du vêtement (tes habits veulent t’aider à accomplir tes tâches du quotidien) laisse songeur, il faut avouer que depuis le temps que la question du rangement la préoccupe, la brave Marie a quelques conseils avisés à dispenser et que tout n’est pas à jeter (haha). En gros (attention spoiler), l’idée est la suivante: pour ranger efficacement, il s’agit de prendre toutes les affaires de même type (vêtements, livres, affaires d’hygiène, …), de les réunir par terre ensemble. Et là, c’est (ou censé être) le drame! « Oh mon Dieu mais tout cela est à moi c’est quand même fou comme je suis superficielle » me suis-je écriée, l’air faussement surpris (il fallait bien parce que Monsieur était quant à lui vraiment estomaqué). Et là, intervient la fameuse technique du « est-ce que cet objet m’apporte de la joie ». On sera surpris (si on est blasé comme moi) de constater à quel point pas grand chose ne nous apporte de la joie. Et si les trois premières chemises sont lâchées de manières dubitatives sur ce qui deviendra le « Mont Everest du débarras », après ça va vraiment très vite, tant que la transe finit par se pointer! Pour être aussi efficace que possible Marie Kondo (qu’on imagine bien en petite et frêle japonaise colérique, hurlant à chaque instant « on jette ») préconise un ordre pour le tri: les vêtements en premier, les affaires très personnelles comme les albums de photos ou les lettres en dernier. Pour ma part, je n’ai absolument pas touché à mes livres et j’ai sauté tout le passage qui en parlait.

Vient ensuite le rangement car, comme on nous l’explique environ 150 fois, c’est très important que chaque objet ait une place, car sinon c’est le bordel. Konmari préconise un mode de rangement qui permette à l’usager de voir tout ce qu’il a quand il ouvre son tiroir ou son armoire. Comme j’avais largement assez de place, je me suis épargnée les t-shirt en origami, mais j’ai rangé mes sous-vêtements dans le carton des boites à chaussures et c’est vrai que cela prend moins de place et que c’est très rangé. Au final, j’ai été épatée du stade de rangement auquel je suis parvenue et ça fait un moment que cela dure. Prendre ses affaires une à une en se demandant si elle nous « apporte de la joie », c’est la meilleure méthode de tri que je n’aie jamais exercée. Le résultat, pour moi qui partais d’une grande penderie surchargée et de trois énormes boîtes d’habits à la cave (deux pour les affaires hors saisons et une pour les affaires « on-ne-sait-jamais »), c’est que TOUS mes habits sont dans la penderie! Par ailleurs et là c’est le meilleur, quand j’ouvre la penderie, il ne se trouve, dans mon champ de vision QUE et UNIQUEMENT DES CHOSES QUE J’AIME. Et ça, c’est incroyable!

Le tri parmi mes produits cosmétique/maquillage (certains jugeront le reliquat bien assez impressionnant) m’a fait réaliser que je n’avais besoin que de ça. Lorsque j’ouvre ma penderie je ne soupire plus comme avant en me disant « Je n’ai rien à me mettre », mais je dois y passer un quart d’heure car j’hésite trop sur la tenue, maintenant que je vois bien mieux mes belles affaires! Seul point négatif: je m’agace un peu moi-même car quand je rentre, je dois impérativement immédiatement ranger ma veste, mes chaussures, etc… et parfois j’ai un peu autre chose à faire (comme aller aux toilettes).

Une partie des affaires de Monsieur traînent à gauche sur le premier rayon

Une partie des affaires de Monsieur traîne à gauche sur le premier rayon

IMG_2606IMG_2584IMG_2605